Merci de patienter pendant le chargement de votre Bulletin

Panorama Autour du mondeUn projet pilote pour déterminer les stratégies les plus efficaces pour combattre et éradiquer la peste des petits ruminants

Autour du monde Posté sur 2019-02-04 12:43:07

Un projet pilote pour déterminer les stratégies les plus efficaces pour combattre et éradiquer la peste des petits ruminants

Auteurs

Joseph Domenech, consultant externe, Organisation mondiale de la santé animale (OIE)

Taille de la police - A A A +

Le projet pilote « Normes pour les vaccins et approche pilote pour la lutte contre la peste des petits ruminants (PPR) en Afrique » (VSPA) a été mis en œuvre entre 2012 et 2014 par l’OIE en collaboration avec le Centre panafricain des vaccins vétérinaires de l’Union africaine (UA-PANVAC) et avec l’appui scientifique du Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD). Le projet a été financé par la Fondation Bill & Melinda Gates.

Objectifs

1) mettre en place une banque de vaccins contre la PPR pour l’Afrique (composante 1),

2) renforcer les capacités du continent en termes de contrôle de la qualité des vaccins PPR (composante 2),

3) élaborer une stratégie pilote pour déterminer comment lutter de la façon la plus efficace contre la PPR en Afrique de l’Ouest (composante 3).

La composante 1 a été mise en œuvre en Afrique de l’Ouest, la composante 2 dans toute l’Afrique subsaharienne et la composante 3 au Burkina Faso et au Ghana.

Chaque année, la PPR touche près de 30 millions de petits ruminants. La maladie a de graves effets socio-économiques qui se répercutent de manière considérable sur le revenu des éleveurs. Un grand nombre de pays d’Afrique, du Moyen-Orient et d’Asie sont concernés par ce fléau. L’éradication de la maladie permettra d’améliorer la productivité, la sécurité alimentaire et la génération de revenus ; ceci est fondamental pour réduire la pauvreté.

Les systèmes de production des petits ruminants sont multiples. Les animaux peuvent notamment être élevés dans des systèmes marginalisés de production extensive, ou par de petits propriétaires ayant un accès limité aux services. Les stratégies de lutte contre la PPR peuvent donc s’avérer très complexes. Elles nécessitent une bonne connaissance de ces systèmes de production, et l’élaboration d’approches ciblées, basées sur les risques et qui soient capables de s’adapter aux différents contextes.

La vaccination est la principale méthode utilisée dans les zones où la PPR est endémique, mais, pour être efficaces, les programmes de vaccination doivent couvrir un pourcentage élevé des populations de petits ruminants et utiliser un large éventail de systèmes de délivrance.

Pour assurer l’efficacité de la vaccination, les vaccins de grande qualité doivent être rendus disponibles de façon permanente et aisée. Pour pouvoir répondre à cette condition préalable, une banque de vaccins PPR a été créée (composante 1), et les capacités des laboratoires à produire des vaccins d’une telle qualité ont été soutenues (composante 2), en particulier grâce au renforcement de l’UA-PANVAC afin de surveiller et contrôler de manière régulière la conformité de tous les vaccins PPR fabriqués en Afrique par rapport aux normes de l’OIE. Une stratégie de contrôle de la qualité des vaccins PPR produits en Afrique a été élaborée [1].

Afin de prendre en compte les multiples contextes épidémiologiques et socio-économiques, il a été indispensable, lors de l’exécution du projet VSPA — de sa composante 3, notamment —, de multiplier les essais et de suivre et d’évaluer avec précision les conditions de vaccination afin de déterminer le taux d’efficacité des différents systèmes de distribution des vaccins et de définir une stratégie de contrôle qui soit solide sur le plan scientifique.

Résultats

En l’espace de deux ans, une quantité importante de travail sur le terrain a été réalisée, et une quantité considérable de données a été analysée.

Les données et conclusions de la stratégie pilote ont servi à la rédaction de la Stratégie mondiale de contrôle et d’éradication de la PPR

Grâce aux résultats de ces essais et en utilisant différents scénarios de délivrance des services de vaccination, le projet VSPA a permis de tirer des enseignements et des conclusions qui ont contribué de manière déterminante à la préparation par l’OIE et la FAO de la Stratégie mondiale pour le contrôle et l’éradication de la peste des petits ruminants [2], qui a été présentée et adoptée lors de la Conférence internationale OIE/FAO pour le contrôle et l’éradication de la PPR, tenue à Abidjan (Côte d’Ivoire) du 31 mars au 2 avril 2015.

La mise en œuvre des trois composantes du projet VSPA a été un succès. Elle a montré l’importance de la création d’une banque régionale de vaccins contre la PPR et du renforcement du rôle leader de l’UA-PANVAC pour le soutien et la gestion d’une stratégie de contrôle de la qualité des vaccins en Afrique. Concernant la mise en œuvre de la stratégie pilote (composante 3), tous les résultats escomptés ont été obtenus. Les méthodes et les options stratégiques — en particulier pour les plans de vaccination — ont été testées, et ces tests ont permis d’identifier les facteurs qui sont importants au regard de la réussite ou de l’échec des programmes de lutte contre la PPR.

La lutte contre la PPR et son éradication sont possibles, et des résultats rapides au niveau des pays et de certaines régions peuvent être obtenus. L’éradication de la PPR au niveau mondial est un objectif à long terme.

La stratégie d’éradication de la PPR peut être utilisée comme une stratégie phare pour le contrôle d’autres maladies touchant les petits ruminants, et elle doit impérativement reposer sur des Services vétérinaires solides. L’OIE continuera de soutenir ses Pays membres pour développer la mise en place d’un programme mondial de contrôle et d’éradication de la PPR, en collaboration avec la FAO dans le cadre du programme GF-TADs (plan-cadre mondial pour le contrôle progressif des maladies animales transfrontalières).

Remerciements

Le projet VSPA a été mis en œuvre grâce à l’implication et à la volonté de nombreuses personnes compétentes, notamment les autorités du Ghana et du Burkina Faso et plus particulièrement les responsables de leurs Services vétérinaires (Lassina Ouattara, Joseph Savadogo, Philipp K.B. Salia, Stephen Ockling, Germaine Minoungou, Amadou Dicko, Joseph Awuni) et leurs équipes, le personnel de l’OIE à Bamako et au Siège (Daniel Bourzat, Yacouba Samaké, Joseph Domenech, Alain Dehove), le personnel de l’UA-PANVAC (Karim Tounkara, Nick Nwankpa, Charles Bodjo), des chercheurs du CIRAD (Renaud Lancelot, Fanny Bouyer, Marisa Peyre, David Chavernac, Pachka Hammami, Geneviève Libeau), le personnel des laboratoires de production de vaccin et une experte indépendante (Pierrette Mefomdjo) — avec une mention spéciale pour le bailleur de fonds, la Fondation Bill & Melinda Gates.
Nous souhaitons ici rendre hommage au rôle tenu par Daniel Bourzat qui nous a quittés le 18 août 2017. Fort de sa grande expérience de l’élevage sahélien, il a été la cheville ouvrière de la stratégie pilote de lutte contre la PPR en Afrique de l’Ouest.
 
http://dx.doi.org/10.20506/bull.2018.2.2879

Références

  1. Libeau G. & Mefomdjo P. (2014). – Quality control strategy for the peste des petits ruminants (PPR) vaccines produced in Africa. African Union – Pan African Veterinary Vaccine Centre (AU–PANVAC).
  2. Organisation mondiale de la santé animale (OIE) & Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’agriculture (FAO) (2015). – Stratégie mondiale pour le contrôle et l’éradication de la peste des petits ruminants.

Informations relatives à l'article

  • Diffusion des lignes directrices de l’OIE pour les partenariats public–privé dans le domaine vétérinaire

    Activités de l’OIE pour mieux faire connaître les partenariats public–privé…
  • Les partenariats public–privé peuvent aider à procurer à l’Afrique subsaharienne des produits zoosanitaires de qualité et des services de développement agricole

    Des gouvernements locaux du Kenya travaillent en étroite collaboration avec les réseaux locaux de Sidai…
  • Le mandat sanitaire en matière de lutte contre les maladies animales

    En Tunisie, la mise en œuvre du mandat sanitaire est une façon concrète de garantir la prestation durable des activités de services vétérinaires..