Merci de patienter pendant le chargement de votre Bulletin

Panorama Autour du mondeLe PRAPS pour une transformation des Services vétérinaires en Mauritanie

Autour du monde Posté sur 2019-01-24 13:52:56

Le PRAPS pour une transformation des Services vétérinaires en Mauritanie

Auteurs

Idrissa Diarra (1) & Ahmed Bezeid EL Mamy Beyatt (2)

(1) Coordinateur national du PRAPS (Mauritanie)
(2) Responsable Composante Santé animale du PRAPS-Mauritanie

Les désignations et dénominations utilisées et la présentation des données figurant dans cet article ne reflètent aucune prise de position de l’OIE quant au statut légal de quelque pays, territoire, ville ou zone que ce soit, à leurs autorités, aux délimitations de leur territoire ou au tracé de leurs frontières.
Les auteurs sont seuls responsables des opinions exprimées dans cet article. La mention de sociétés spécifiques ou de produits enregistrés par un fabricant, qu’ils soient ou non protégés par une marque, ne signifie pas que ceux-ci sont recommandés ou soutenus par l’OIE par rapport à d’autres similaires qui ne seraient pas mentionnés.

Taille de la police - A A A +

La Mauritanie a finalement consacré en 2014 un ministère dédié à l’élevage compte tenu de son importance socio-économique. Ce ministère est né avec une multitude de défis à relever.
La Mauritanie est un pays pastoral par excellence avec plus de 1,7 million de bovins, 1,5 million de camélidés et 16 millions de petits ruminants pour une population estimée en 2017 à 3 758 571 habitants.
 

La mission d’évaluation PVS conduite par l’OIE en 2010 avait révélé le manque de performances des services vétérinaires.

Le Projet régional d’appui au pastoralisme au Sahel (PRAPS) démarré en janvier 2016 est arrivé à point nommé. Structurantes pour les Services vétérinaires, les activités de santé animale du PRAPS sont en deux volets :

  • amélioration des infrastructures et renforcement des capacités des Services vétérinaires nationaux ;
  • appui à la surveillance et au contrôle harmonisé de maladies prioritaires : péripneumonie contagieuse bovine (PPCB) et peste des petits ruminants (PPR).

Au niveau logistique, l’appui du PRAPS s’est matérialisé par l’acquisition de 38 véhicules tout-terrain et de 10 motos. Les résultats des campagnes de vaccination s’en font ressentir, avec des chiffres record notamment pour la PPR. Les prévisions pour 2018 sont de 2 millions de doses pour la PPCB (soit une couverture de 100 %) et de 4 millions pour la PPR (soit 10 fois plus que le chiffre de 2015-2016).

Le projet appuie également la mise en place d’enquêtes de référence (PPCB) et l’élaboration des plans nationaux stratégiques pour le contrôle (PPCB) et l’éradication (PPR).

Pour les infrastructures, le PRAPS entend à terme construire 100 parcs de vaccination et 25 postes vétérinaires équipés.

Au plan du renforcement des capacités du personnel vétérinaire, le PRAPS s’engage dans les formations continues et la formation diplômante de 20 docteurs vétérinaires à l’EISMV (Sénégal).

Pour le renforcement de la surveillance épidémiologique, le PRAPS apporte un appui substantiel au Réseau mauritanien d’épidémiosurveillance des maladies animales (REMEMA).

Pour le contrôle des médicaments vétérinaires, le PRAPS accompagne la mise en place d’une unité de contrôle par l’achat d’équipements et matériel de laboratoire, la formation des cadres et la prise en charge d’une assistance technique internationale.

Une fois toutes ces réalisations effectuées, les services vétérinaires seront véritablement transformés.

http://dx.doi.org/10.20506/bull.2018.2.2873

Site web du PRAPS Mauritanie

Informations relatives à l'article

  • Rôle des organisations interprofessionnelles de la filière porcine dans la lutte contre la peste porcine africaine

  • Dernière ligne droite vers l’éradication de la peste porcine africaine en Sardaigne

    La nouvelle stratégie de lutte contre la maladie s’est révélée très efficace...
  • Enseignements à tirer de l’éradication de la peste porcine africaine en République Tchèque

    Le dernier foyer sur le territoire de la République tchèque a été résolu en avril 2018…