Merci de patienter pendant le chargement de votre Bulletin

Panorama EditorialL’éradication de la tuberculose bovine : un enjeu « Une seule santé »

Editorial Posté sur 2019-04-30 15:05:26

L’éradication de la tuberculose bovine : un enjeu « Une seule santé »

Taille de la police - A A A +

Au vu des statistiques publiées par l’OMS et des déclarations faites auprès de l’OIE, il est malheureusement évident que la tuberculose bovine reste une maladie majeure, préoccupante dans de très nombreux pays car elle représente un fardeau socio-économique coûteux en vies humaines et en ressources. Cet enjeu de santé publique et de santé animale mérite une attention particulière via le prisme de l’approche « Une seule santé ».

L’OIE s’engage en partenariat avec l’OMS, la FAO et l’Union internationale contre la tuberculose et les maladies pulmonaires afin de contribuer significativement à l’amélioration de la situation. Nous agissons ensemble pour le renforcement des capacités des Pays membres à lutter contre la tuberculose bovine, notamment par la publication de la Feuille de route pour la tuberculose zoonotique. Nous agissons aussi pour que les outils de diagnostic et les normes techniques reflètent les progrès techniques les plus récents, tant dans le Code sanitaire pour les animaux terrestres que dans le Manuel des tests de diagnostic et des vaccins pour les animaux terrestres.

Non, la tuberculose bovine n’est pas une maladie du passé, y compris dans les pays développés. Oui, il faut continuer de consacrer les moyens nécessaires à son contrôle, voire à son éradication.

Ainsi il est urgent de remplacer l’actuelle norme internationale de référence sur la tuberculine bovine et d’établir une référence pour le développement de tests de diagnostic de deuxième génération. C’est pourquoi l’OIE soutient la collaboration internationale qui s’est organisée pour le développement et la validation d’une tuberculine bovine de remplacement, de qualité internationale. L’OIE soutient également les travaux de recherche engagés pour développer des approches innovantes en matière de diagnostic et de prévention, en particulier via son implication dans la plateforme STAR IDAZ.

Les enjeux liés au contrôle de la tuberculose bovine et de la tuberculose zoonotique me donnent aussi l’occasion de souligner une nouvelle fois combien une coordination nationale des actions et une cohérence des programmes sont des conditions de succès. La surveillance, y compris dans la faune sauvage, et le suivi des rapports de notification à l’OIE sont également d’importance majeure dans la lutte contre cette maladie, sans oublier la synergie avec le réseau des Laboratoires de référence de l’OIE qui apportent un appui essentiel.

Je souhaite que le présent numéro de Panorama vous apporte une meilleure connaissance des actions entreprises par l’OIE et de leur complémentarité. Qu’il permette la mise en évidence des échanges d’expérience et de la nécessaire coopération entre les pays au travers des témoignages présentés, tout en mettant en lumière les efforts faits par tous pour lutter contre la tuberculose bovine et réduire son impact, notamment ceux consentis par les pays à faibles revenus ou revenus intermédiaires.

Enfin, ce numéro de Panorama consacré à la tuberculose est, à mon sens, une nouvelle illustration de l’engagement de la Tripartite FAO/OIE/OMS alors que les Directeurs généraux de ces trois organisations ont formalisé leur collaboration avec la signature d’un accord le 30 mai 2018 [1, 2].

Je vous souhaite une bonne lecture.

Monique Éloit
Directrice générale
Organisation mondiale de la santé animale (OIE)

http://dx.doi.org/10.20506/bull.2019.1.2909

Une seule santé : en protégeant les animaux, nous protégeons notre avenir

Informations relatives à l'article