Merci de patienter pendant le chargement de votre Bulletin

Panorama Autour du mondePartenariat public-privé : LastMile, une stratégie clé pour permettre la distribution de services vétérinaires de proximité

Autour du monde Posté sur 2020-01-14 16:09:18

Partenariat public-privé : LastMile, une stratégie clé pour permettre la distribution de services vétérinaires de proximité

Ou pourquoi l’engagement des Services vétérinaires publics et des para-professionnels vétérinaires est essentiel au succès de l’initiative « LastMile »

Auteurs

Lazare Tano, Africa Marketing & Technical Manager, Boehringer Ingelheim Animal Health.

Les désignations et dénominations utilisées et la présentation des données figurant dans cet article ne reflètent aucune prise de position de l’OIE quant au statut légal de quelque pays, territoire, ville ou zone que ce soit, à leurs autorités, aux délimitations de leur territoire ou au tracé de leurs frontières.
Les auteurs sont seuls responsables des opinions exprimées dans cet article. La mention de sociétés spécifiques ou de produits enregistrés par un fabricant, qu’ils soient ou non protégés par une marque, ne signifie pas que ceux-ci sont recommandés ou soutenus par l’OIE par rapport à d’autres similaires qui ne seraient pas mentionnés.

Taille de la police - A A A +

Avec le soutien de GALVmed (Alliance mondiale pour les médicaments vétérinaires destinés au bétail) et de la Fondation Bill & Melinda Gates, l’initiative LastMile a pour but de combler les lacunes actuelles en matière d’accès et de sensibilisation aux solutions de santé animale de qualité pour les petits élevages d’Afrique subsaharienne. Un partenariat public-privé entre les Services vétérinaires et le secteur privé est mis en place dans plusieurs pays pour atteindre ces objectifs.

Boehringer Ingelheim a pour objectif de constituer des groupes de techniciens en santé animale qualifiés, qui se rendront dans les régions auxquelles il est difficile d’accéder via les réseaux de distribution traditionnels. Ces para-professionnels vétérinaires travailleront, sans sortir du cadre de la législation nationale sur les activités vétérinaires, à aider les éleveurs à renforcer leurs connaissances en matière de prévention et de traitement des maladies.

Les informations et les produits proposés aux éleveurs gagnent généralement en crédibilité lorsqu’ils sont validés par les Services vétérinaires publics

Boehringer Ingelheim engage les ressources humaines et les fonds nécessaires à l’amélioration de la distribution des services, contribuant ainsi à un partenariat « gagnant-gagnant ». Travailler en synergie avec le secteur public permettra aux équipes de l’initiative LastMile de planifier leurs tournées d’information et de créer des partenariats durables avec les communautés d’éleveurs locales, dans le but d’établir et de piloter des entreprises pérennes intégrées dans l’économie nationale. Les connaissances des éleveurs relatives à la prévention et au traitement des maladies seront considérablement améliorées car les informations et les produits proposés aux éleveurs gagnent généralement en crédibilité lorsqu’ils sont validés par les Services vétérinaires publics. Ce résultat peut être atteint par la simple présence d’un membre du personnel de ces Services ou par des commentaires positifs lorsque les éleveurs se rendent dans leurs bureaux.

Au Nigeria, par exemple, Boehringer Ingelheim a travaillé avec la Commission nationale d’enseignement aux populations nomades, une initiative gouvernementale dont l’objectif est d’atteindre les utilisateurs finaux, c’est-à-dire le même public cible que celui de l’initiative LastMile. Les Services vétérinaires publics s’impliquent auprès de groupements et de coopératives d’éleveurs dans leurs régions, et exercent une influence essentielle sur les dirigeants de ces groupements. Cela peut s’avérer crucial lorsqu’on s’efforce d’apporter aux éleveurs des informations relatives à l’utilisation et à la valeur d’un certain nombre de produits et services.

Boehringer Ingelheim estime donc que l’initiative LastMile constitue un partenariat public-privé durable avec les Services vétérinaires publics, par le biais en particulier de l’équipe de para-professionnels vétérinaires privés du groupe Boehringer Ingelheim, qui touchent tous les éleveurs dans l’ensemble du pays, pour la formation et les soins aux animaux.

http://dx.doi.org/10.20506/bull.2019.3.3050

Informations relatives à l'article

  • Diffusion des lignes directrices de l’OIE pour les partenariats public–privé dans le domaine vétérinaire

    Activités de l’OIE pour mieux faire connaître les partenariats public–privé…
  • Les partenariats public–privé peuvent aider à procurer à l’Afrique subsaharienne des produits zoosanitaires de qualité et des services de développement agricole

    Des gouvernements locaux du Kenya travaillent en étroite collaboration avec les réseaux locaux de Sidai…
  • Le mandat sanitaire en matière de lutte contre les maladies animales

    En Tunisie, la mise en œuvre du mandat sanitaire est une façon concrète de garantir la prestation durable des activités de services vétérinaires..