Merci de patienter pendant le chargement de votre Bulletin

Panorama DossierAntibiorésistance : la réponse volontaire du Royaume-Uni

Dossier Posté sur 2020-01-16 12:12:08

Antibiorésistance : la réponse volontaire du Royaume-Uni

Les désignations et dénominations utilisées et la présentation des données figurant dans cet article ne reflètent aucune prise de position de l’OIE quant au statut légal de quelque pays, territoire, ville ou zone que ce soit, à leurs autorités, aux délimitations de leur territoire ou au tracé de leurs frontières.
Les auteurs sont seuls responsables des opinions exprimées dans cet article. La mention de sociétés spécifiques ou de produits enregistrés par un fabricant, qu’ils soient ou non protégés par une marque, ne signifie pas que ceux-ci sont recommandés ou soutenus par l’OIE par rapport à d’autres similaires qui ne seraient pas mentionnés.

Taille de la police - A A A +

Le rapport sur l’antibiorésistance présenté au gouvernement britannique par Lord O’Neill [1] a défini la lutte contre l’antibiorésistance comme une priorité, fixant l’objectif pour 2018 d’une utilisation d’antibiotiques en agriculture ne dépassant pas 50 mg/kg PCU(1). Suite à la publication de ce rapport en mai 2016, l’Alliance pour l’utilisation responsable des médicaments en agriculture (Responsible Use of Medicines in Agriculture Alliance – RUMA) a créé un groupe de travail sur les objectifs (Targets Task Force), constitué de représentants des différents secteurs de l’élevage. Ce groupe de travail a défini des objectifs spécifiques pour la réduction des quantités d’antibiotiques utilisées par chaque filière d’élevage au Royaume-Uni. Ces objectifs ont été publiés en novembre 2017.

Le groupe de travail sur les objectifs s’est réuni une première fois en décembre 2016. Il était alors composé d’un vétérinaire spécialisé et d’un éleveur reconnu par filière considérée (à savoir : viande bovine, lait et produits laitiers, œufs, pisciculture, gibier à plumes, porcs, viande de volaille et ovins). Les organismes gouvernementaux associés (la Direction du médicament vétérinaire [Veterinary Medicines Directorate] et l’Agence des normes alimentaires [Food Standards Agency]) ont participé à cette réunion en qualité d’observateurs et apporté une contribution en données et méthodologie.

En novembre 2017, après une année d’efforts intenses et de partenariat avec les organisations compétentes, le groupe de travail a publié une série d’objectifs par filière, visant à réduire, à optimiser ou à remplacer l’utilisation d’antibiotiques dans les systèmes de production animale du Royaume-Uni sans affecter la santé ni le bien-être des animaux d’élevage [2].

Le thème transversal commun à toutes les filières est le partenariat entre les vétérinaires et les éleveurs

Ces objectifs ciblés tiennent compte de la situation initiale et des difficultés particulières de chaque filière, même si les secteurs se sont collectivement engagés à respecter leurs objectifs respectifs. Les étapes suivantes concernent la manière d’atteindre ces objectifs. Le thème transversal commun à toutes les filières est le partenariat entre les vétérinaires et les éleveurs afin d’adopter une approche proactive de la prévention des maladies, tout en recourant à une prescription et utilisation responsables d’antibiotiques chaque fois que nécessaire. Les objectifs doivent se concrétiser en 2020.

La RUMA a publié un rapport en novembre 2018 [3] sur l’état d’avancement de chaque secteur, ainsi qu’un second rapport en octobre 2019 [4], d’où se dégagent des résultats encourageants :

  • Au Royaume-Uni les ventes d’antibiotiques destinés aux animaux producteurs de denrées alimentaires ont diminué de 53 % depuis 2014 ; l’utilisation globale d’antibiotiques en 2018 était de 29,5 mg/kg, c’est-à-dire l’une des quantités les plus faibles de l’Union européenne, inférieure à l’objectif de 50 mg/kg fixé par le gouvernement.
  • Les ventes d’antibiotiques d’importance critique hautement prioritaires(2) ont chuté de 68 % entre 2014 et 2018.
  • On estime désormais que seuls 30 % des antibiotiques utilisés au Royaume-Uni servent à traiter des maladies chez les animaux d’élevage.

________________________________________

(1) PCU : population correction unit : dénominateur relatif à la biomasse animale
(2) HP–CIA : Highest Priority Critically Important Antibiotics

http://dx.doi.org/10.20506/bull.2019.3.3047
© MSD Animal Health

Références

  1. The Review on Antimicrobial Resistance (2016). – Tackling Drug-Resistant Infections Globally: final report and recommendations.
  2. Responsible Use of Medicines in Agriculture (RUMA) Alliance (2017). – Targets Task Force Report – 2017.
  3. Responsible Use of Medicines in Agriculture (RUMA) Alliance (2018). – Targets Task Force: One Year On – November 2018.
  4. Responsible Use of Medicines in Agriculture (RUMA) Alliance (2019). – Targets Task Force: Two Years On – October 2019.

Informations relatives à l'article

  • Comment atténuer les risques liés aux eaux grasses dans l’alimentation animale ?

    N’y a-t-il pas d’autre option que de les interdire ?
  • La compartimentation pour faciliter la production porcine dans un contexte de risque élevé de peste porcine africaine

    La biosécurité est actuellement le seul moyen efficace de prévention contre cette maladie…
  • Le rôle des tiques dans la transmission et la persistance de la peste porcine africaine

    Faut-il remettre en question l’importance des tiques dans l’épidémiologie actuelle de la peste porcine africaine ?...