Merci de patienter pendant le chargement de votre Bulletin

Panorama PerspectivesLe partenariat public–privé entre l’OIE et l’IHSC

Perspectives Posté sur 2019-11-19 18:27:50

Le partenariat public–privé entre l’OIE et l’IHSC

Supervision et principales réalisations

Auteurs

Matthew Stone, Directeur général adjoint « Normes internationales et Science », Organisation mondiale de la santé animale (OIE).

Taille de la police - A A A +

L’OIE et l’IHSC ont mis en place un Comité technique conjoint pour superviser leur partenariat public-privé. Cette approche a été déterminante pour bâtir la confiance et la compréhension mutuelles, pour mettre en phase des objectifs et priorités communs et pour définir aussi bien les mesures à mener que les responsabilités et rôles respectifs de chaque organisation en vue d’une mise en œuvre réussie.
En 2017, l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) et la Confédération internationale des sports de chevaux (IHSC) ont mis en place le Comité technique OIE/IHSC, qui intervient en tant que comité directeur chargé de superviser le programme de travail commun prévu dans l’accord de financement sur lequel repose leur partenariat.

Ce programme porte à la fois sur la recherche d’avis scientifiques, sur l’élaboration et le suivi des normes et sur leur mise en œuvre. Il a également pour objectif transversal de mettre en place une gestion efficace des risques afin de faciliter les déplacements internationaux des chevaux de sport participant à des compétitions équestres.

Le Comité technique OIE/IHSC s’est réuni trois fois au cours du programme, afin de planifier les activités menées sous son égide, de les mettre en œuvre, de les superviser et d’en rendre compte. Il est composé d’une équipe d’experts très expérimentés dans le domaine et spécifiquement mandatés pour représenter chaque partie prenante : les partenaires de l’IHSC et l’OIE. L’un des grands succès de ce programme fructueux est la confiance et la compréhension mutuelles qui se sont instaurées entre les partenaires grâce au Comité technique OIE/IHSC. Le Comité encourage des discussions extrêmement libres et s’efforce d’obtenir un consensus clair concernant les difficultés au cœur des débats, les mesures à mener et le rôle de chaque partenaire. Le partenariat bénéficie du soutien sans faille de son secrétariat qui réunit la documentation nécessaire pour préparer les réunions et s’assure du suivi des mesures entreprises, jusqu’à leur finalisation.

Le Comité technique OIE/IHSC : un dispositif sans équivalent

Les normes sont véritablement au cœur du mandat de l’OIE mais la mise à jour continue des normes de l’OIE est un défi permanent compte tenu de l’évolution constante des techniques de gestion du risque et des pratiques du secteur. Le Comité technique OIE/IHSC est un dispositif qui n’a pas d’équivalent pour identifier les problématiques en matière de déplacements internationaux des chevaux de compétition, les normes permettant de résoudre ces difficultés, les connaissances requises pour étayer scientifiquement les normes, les études à envisager pour développer ces nouvelles connaissances et les recommandations qui pourraient en découler du point de vue de la gestion du risque. Des exemples de sujets traités sont décrits dans l’article Un partenariat public–privé en soutien à la recherche scientifique pour contribuer au processus d’élaboration des normes de l’OIE.

La mise en œuvre effective d’une gestion du risque constitue un important défi à relever pour sécuriser les déplacements internationaux des chevaux de sport. Ce défi se présente différemment suivant les régions et les particularités conjoncturelles ; par exemple :

  • quelles maladies intéressent particulièrement la région ?
  • quels sont les organismes publics et privés concernés et quels sont leurs moyens et leurs exigences ?
  • à quel type de manifestations sportives participent les chevaux déplacés ?

Dans plusieurs régions, les acteurs concernés ont tenu leur toute première réunion à l’occasion des ateliers organisés par le programme OIE/IHSC ; les plans d’action élaborés lors de ces ateliers ont été la première concrétisation de la poursuite d’objectifs communs en matière de gestion effective du risque lié aux déplacements des chevaux de sport. Les processus et leurs résultats sont décrits dans l’article Encourager les partenariats public–privé à l’échelle nationale et régionale.

Les partenariats les plus performants sont ceux dont les objectifs et les priorités ont été harmonisés en veillant à la complémentarité des compétences et des capacités, à la clarté des rôles et des responsabilités, à la compatibilité des procédures, à l’intégrité et à l’engagement animant les partenaires, et à l’efficacité et à la rentabilité des activités conduites. Une mobilisation de tous les partenaires est donc requise : le succès du partenariat OIE/IHSC est le signe de cet engagement.

https://doi.org/10.20506/bull.2019.2.2974

Informations relatives à l'article

  • Mesures de prévention et de contrôle de la peste porcine africaine

    Dans l’Union Européenne la peste porcine africaine a pu être circonscrite à des zones limitées…
  • Peste porcine africaine : une contagiosité modérée qui pose un dilemme

    Cette maladie se caractérise par une létalité élevée...
  • La filière porcine en Asie du Sud-Est et les défis de la gestion sanitaire

    Les porcs sont une source importante de revenus pour les populations rurales et péri-urbaines…