Merci de patienter pendant le chargement de votre Bulletin

L'officiel Activités et ProgrammesGroupe d’experts de l’OIE pour la surveillance et la composition des vaccins contre la grippe équine

Activités et Programmes Posté sur 2019-01-30 14:47:55

Groupe d’experts de l’OIE pour la surveillance et la composition des vaccins contre la grippe équine

OIE, Paris, 28 mars 2018

Taille de la police - A A A +

Conclusions et recommandations

Activité de la grippe équine en 2017

En 2017, les pays suivants ont notifié des cas (animaux) isolés ou des foyers de grippe équine : République Populaire de Chine (Chine), États-Unis d’Amérique, Irlande, Israël, Japon et Royaume-Uni.

Origine des virus de grippe équine caractérisés

Les virus isolés et/ou caractérisés à partir des foyers survenus en Chine, aux États-Unis, en Irlande, au Japon et au Royaume-Uni ont été identifiés comme virus influenza A (H3N8).

Informations recueillies sur le terrain

Au Japon, un diagnostic positif pour la grippe équine a été établi par le Service de quarantaine animale chez 114 chevaux de travail importés du Canada. Tous ces chevaux importés avaient été vaccinés à deux reprises, à cinq semaines d’intervalle. Le rappel leur avait été administré dix jours avant leur départ. Les vaccins n’avaient pas été actualisés selon les recommandations de l’OIE et contenaient une ancienne souche de lignée américaine, A/equine/Kentucky/1/1997.

Sur les 114 chevaux, 104 ont présenté de la fièvre et/ou un jetage nasal. Cinq chevaux sont morts pendant la quarantaine. Cependant les autres chevaux infectés se sont rétablis rapidement, et les résultats de l’exposition expérimentale de cinq yearlings qui n’avaient jamais été exposés au virus auparavant indiquent que celui-ci n’était pas exceptionnellement virulent.

En Chine, la grippe équine a été confirmée dans les provinces de Hubei et de Hebei. Aucune information n’est disponible concernant leurs antécédents vaccinaux.

En Europe, des cas d’infection par des virus de grippe équine ont été confirmés en Irlande et au Royaume-Uni, mais ni en Allemagne, ni en France, ni en Suède. Au Royaume-Uni, les chevaux qui ont présenté des signes cliniques dans cinq écuries (quatre en 2017 et une début 2018) n’avaient pas été vaccinés, ou leurs antécédents vaccinaux ne sont pas connus. En Irlande des cas de grippe équine ont été confirmés chez des chevaux non vaccinés mais aussi chez des chevaux vaccinés ; les registres de vaccination n’étaient à jour que pour 9 % des chevaux des deux écuries atteintes.

Aux États-Unis, des foyers ont été détectés à différents moments de l’année ; au total plus de 135 foyers ont été confirmés dans un total de 22 États. Les chevaux atteints étaient pour la plupart de chevaux d’équitation ou de spectacle. Aucune information n’est disponible concernant leurs antécédents vaccinaux.

Aucun foyer de grippe équine n’a été signalé en Amérique du Sud en 2017.

Caractérisation des virus identifiés en 2017

Au plan génétique, les virus isolés ou identifiés à partir des foyers survenus en Chine, aux États-Unis, en Irlande, au Japon et au Royaume-Uni ont été caractérisés en déterminant la séquence du gène codant l’hémagglutinine (HA). Le gène codant la neuraminidase (NA) a été séquencé pour les virus du Royaume-Uni (virus de 2018), de Chine, des États-Unis d’Amérique et d’Irlande.

Les virus des États-Unis et du Royaume-Uni ont été caractérisés au plan antigénique au moyen de l’épreuve d’inhibition de l’hémagglutination, en utilisant des antisérums de furet postinfection et des érythrocytes de poulet.

Caractéristiques génétiques

Toutes les séquences HA obtenues correspondaient à la lignée américaine (sous-lignée Florida).

Les virus détectés aux États-Unis et au Japon appartenaient au clade 1 ; il en va de même des virus détectés au Royaume-Uni au premier trimestre de 2018. Ces virus des États-Unis, du Japon et du Royaume-Uni étaient très similaires aux virus de clade 1 identifiés en 2016. Néanmoins les virus isolés dans l’État de New York et en Floride présentent une substitution en Q189K déjà observée sur la souche A/equine/Pennsylvania/1/2007.

Les virus détectés au Royaume-Uni (foyers de 2017), en Chine et en Irlande appartenaient au clade 2. En Irlande et au Royaume-Uni, les virus sont similaires aux virus identifiés dans ces pays en 2015 et 2016 en ce sens qu’ils présentent une substitution en A144V par rapport à la souche de référence Florida clade 2, tandis que les virus identifiés ces dernières années en Europe continentale présentent une substitution en I179V. Les virus détectés en Chine sont similaires à ceux qui y ont été détectés en 2015 et se distinguent des virus en circulation en Europe du fait de la substitution en A144V que ceux-ci présentent.

Les séquences du gène NA des virus du clade 1 et du clade 2 étaient similaires à celles des virus identifiés en 2016.

Caractéristiques antigéniques

Les données d’inhibition de l’hémagglutination obtenues pour les virus isolés en 2017 ainsi que l’analyse de leur cartographie antigénique indiquent que les virus des deux clades de la sous-lignée Florida conservent toujours une étroite parenté antigénique avec les souches vaccinales recommandées dans cette lignée. Néanmoins, les virus isolés dans l’État de New York et en Floride, avec une substitution en Q189K, constituent un groupement à part des autres virus de clade 1.

Conclusions

Tous les virus isolés et caractérisés en 2017 appartenaient aux clades 1 et 2 de la sous-lignée Florida et étaient similaires à ceux identifiés en 2016. Néanmoins, en 2018 les travaux de surveillance s’attacheront à établir s’il existe une augmentation de la prévalence des virus de clade 1 présentant le motif antigénique Q189K, lequel n’a été observé que sporadiquement à ce jour.

Niveau de surveillance et mise à jour des vaccins

Le Groupe continue d’insister sur l’importance de renforcer la surveillance et d’élucider les raisons de l’échec de la vaccination dans différents pays.
L’expédition rapide des virus aux Laboratoires de référence est une condition primordiale pour assurer un suivi efficace des dérives antigéniques et génétiques à l’échelle mondiale.

Bien que les vaccins mis à jour, incluant, conformément aux recommandations énoncées entre 2010 et 2017, un virus appartenant au clade 2, sont maintenant largement disponibles, nombre de vaccins actuellement en circulation contiennent des souches qui ne sont plus d’actualité. La réactualisation de la composition des vaccins avec des virus épidémiologiquement pertinents est une condition nécessaire pour une protection optimale.

Recommandations (mars 2018)

Les recommandations sont identiques à celles énoncées tous les ans depuis 2010.

Il n’est pas nécessaire d’inclure de virus H7N7 ni de virus H3N8 de la lignée eurasienne dans la composition des vaccins puisque ces virus n’ont pas été détectés lors des activités les plus récentes de surveillance et sont donc supposés ne pas être en circulation.

La composition des vaccins doit intégrer des virus représentant chacun des clades 1 et 2 de la sous-lignée Florida.

  • Le clade 1 continue d’être représenté par les virus analogues à A/eq/South Africa/4/2003 ou à A/eq/Ohio/2003, mais des virus plus récents appartenant au clade 1 peuvent être obtenus auprès des Laboratoires de référence de l’OIE.
  • Le clade 2 continue d’être par les virus analogues à A/eq/Richmond/1/2007, mais des virus plus récents appartenant au clade 2 peuvent être obtenus auprès des Laboratoires de référence de l’OIE.

Il est recommandé aux fabricants qui produisent des vaccins destinés à un marché strictement national de prendre contact avec les Laboratoires de référence. Les virus sélectionnés doivent induire des réponses appropriées au plan immunogénique par rapport aux virus de la grippe équine qui circulent sur le territoire national. Le séquençage des segments géniques HA et NA doit avoir été réalisé avant toute utilisation

Réactifs de référence

Des antisérums post-infection équins lyophilisés dirigés contre les souches A/eq/Newmarket/1/93 (lignée américaine du virus H3N8) et A/eq/South Africa/4/2003 (clade 1 de la sous-lignée Florida de la lignée américaine) sont disponibles auprès de la Direction européenne de la qualité du médicament (DEQM). Un nouvel antisérum dirigé contre la souche de référence A/eq/Richmond/1/2007 du clade 2 Florida a été produit récemment et a été étalonné à l’échelle internationale. Il va également être mis à disposition auprès de la DEQM. Des valeurs en hémolyse radiale ont été attribuées à ces sérums lors d’une étude collaborative internationale, de sorte qu’ils peuvent être utilisés comme sérums de référence primaires pour cette épreuve

Des souches virales récentes, comprenant des souches vaccinales candidates correspondant aux clades 1 et 2, sont disponibles auprès des Laboratoires de référence de l’OIE. Si toutefois l’un de ces laboratoires n’était pas en mesure de fournir les vaccins candidats appropriés pour les deux clades, ils aideraient le fabricant de vaccin à se procurer les virus auprès d’un autre Laboratoire de référence de l’OIE.

De petites quantités d’antisérum de furet aux fins de caractérisation de l’antigène sont disponibles auprès des Laboratoires de référence de l’OIE d’Irlande et du Royaume-Uni.

http://dx.doi.org/10.20506/37.3.2907

Laboratoires de référence de l’OIE pour la grippe équine

Pre. Ann Cullinane
Head of the Virology Unit
Irish Equine Centre
Johnstown
Naas, Co. Kildare
Irlande
Tél. +353-45 86.62.66
E-mail: acullinane@irishequinecentre.ie

Dre Debra Elton
Animal Health Trust
Centre for Preventive Medicine
Lanwades Park
Kentford, Suffolk CB8 7UU
Royaume-Uni
Tél. +44-1638 75.10.00
E-mail: debra.elton@aht.org.uk

Dr Thomas M. Chambers
Maxwell H. Gluck Equine Research Center
Department of Veterinary Science
University of Kentucky
108 Gluck Equine Research Center
Lexington, Kentucky 40546-0099
États-Unis d’Amérique
Tél. +1-859 257 47 57
E-mail: tmcham1@uky.edu

Informations relatives à l'article

  • Le Groupe de travail du GF–TADs sur la fièvre aphteuse fait le point sur la mise en œuvre du programme de travail

    Paris (France), 8-9 juillet 2019
  • Activités de gouvernance du projet EBO-SURSY

    Ce projet vise à renforcer les systèmes de détection précoce au sein de la faune sauvage d’Afrique de l’Ouest et du Centre pour mieux prévenir les fièvres hémorragiques virales...
  • Établissement d’une Représentation sous-régionale de l’OIE à Abou Dhabi