Merci de patienter pendant le chargement de votre Bulletin

L'officiel Activités et ProgrammesLancement du programme GBADs : « Le poids des maladies animales dans le monde »

Activités et Programmes Posté sur 2021-03-19 12:01:39

Lancement du programme GBADs : « Le poids des maladies animales dans le monde »

Taille de la police - A A A +

Que savons-nous de l’impact des maladies animales sur les petites et les grandes exploitations d’élevage ? Les nouvelles technologies émergentes peuvent-elles guider la prise de décision en matière de santé animale au bénéfice des personnes vulnérables et des Services vétérinaires qui les soutiennent ?

C’est en cherchant à répondre à ces questions que nous saurons plus clairement où les investissements en santé animale devront se porter pour améliorer la nutrition humaine et faire face aux zoonoses, aux menaces de pandémie et aux maladies transmises par les aliments. Une résolution adoptée en 2016 par les Membres de l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) demandait à celle-ci de « développer et éprouver une méthodologie afin de déterminer la charge mondiale des maladies animales et de s’attaquer ainsi aux lacunes identifiées dans les informations économiques sur l’impact national et mondial des maladies animales » [1, 2]. C’est pourquoi l’OIE soutient le développement du programme GBADs(1), qui est un consortium d’organisations et d’universités co-dirigé par l’OIE et l’Université de Liverpool (Royaume-Uni), et qui associe les politiques publiques, la stratégie du privé et la sphère universitaire.

La phase pilote du GBADs a débuté

La phase pilote du GBADs (2020–2022) a officiellement débuté fin août 2020, avec le soutien financier de la Fondation Bill & Melinda Gates et du Bureau des affaires étrangères (Foreign, Commonwealth and Development Office) du Royaume-Uni. Un complément de financement sera recherché afin de développer ce programme et d’en étendre la portée.

La production animale s’effectue dans un certain contexte socio-économique, aussi la satisfaction des besoins en matière de santé animale doit-elle être replacée dans ce contexte, en prenant en compte les ressources consommées et les ressources produites au niveau de l’exploitation, de la filière d’élevage et du pays. Le GBADs génèrera des informations sur les pertes de production nettes de l’exploitation dues aux problèmes de santé animale et aux maladies. Il produira également des données sur les dépenses en produits et services de santé animale occasionnées par la présence ou le risque de maladies. Il évaluera aussi toutes les conséquences économiques et sanitaires pour la société.

Ce programme couvrira les principales espèces animales et les maladies et problématiques sanitaires qui leur sont associées. Il glanera ses données dans des systèmes tels que OIE–WAHIS, le Processus PVS de l’OIE et FAOSTAT, la recherche universitaire et les bases de données du privé, ainsi que dans d’autres programmes de collecte et d’analyse de données financés par la Fondation Bill & Melinda Gates, tels que le projet SEBI ou GALVmed. Les informations seront générées et mises à disposition sur un portail internet où les utilisateurs pourront étudier l’impact des maladies et autres problématiques sanitaires, par espèce, mode d’élevage, type d’éleveur et de consommateur, sexe, situation géographique et période. La société pourra suivre l’évolution de l’impact des problématiques de santé et de bien-être animal, car l’outil GBADs fournira des indicateurs concernant le succès des interventions en santé animale. Ces indicateurs seront utiles aux pays pour mener des actions efficaces de contrôle des maladies et, par voie de conséquence, permettront de contribuer à atteindre de nombreux objectifs de développement durable.
________________________________________

(1) GBADs : Global Burden of Animal Diseases (Le poids des maladies animales dans le monde).

Pour plus d’informations rendez-vous sur le site internet du programme GBADs (en anglais)

Références

  1. Organisation mondiale de la santé animale (OIE) (2016). – Résolution n° 35. L’économie de la santé animale : coûts directs et indirects des foyers de maladies animales. In Rapport final de la 84e Session générale de l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE), Document 84 SG/RF.
  2. Rushton J. & Gilbert W. (2016). – L’économie de la santé animale : coûts directs et indirects des foyers de maladies animales. Thème technique, 84e Session générale de l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE), Document 84 SG/9. http://dx.doi.org/10.20506/TT.2551.
  3. Organisation mondiale de la santé animale (OIE) (1999). – Économie et contrôle des maladies animales. B.D. Perry, ed. Sci. Tech. Off. Int. Epiz., 18 (2).
  4. Organisation mondiale de la santé animale (OIE) (2017). – Économie de la santé animale. J. Rushton, ed. Sci. Tech. Off. Int. Epiz., 36 (1).
  5. Rushton J., Bruce M., Bellet C., Torgerson P., Shaw A., Marsh T., Pigott D., Stone M., Pinto J., Mesenhowski S. & Wood P. (2018). – Initiation of Global Burden of Animal Diseases Programme (GBADs). Lancet, 392 (10147), 538–540. https://doi.org/10.1016/S0140-6736(18)31472-7.
  6. Rushton J., Bernardo T., Bruce M., Bellet C., Torgerson P., Shaw A.P.M., Herrero M., Marsh T., Pendell D., Pigott D., Stone M., Pinto J., Mesenhowski S. Leyland T., Peyre M., Watkins K., Kapur V., Havelaar A., Grace D., Huntington B., Wood P. et al. (2019). – Global Burden of Animal Diseases – building a community of practice for animal health economics. Bull. OIE News, December 2019. http://dx.doi.org/10.20506/bull.2019.NF.3035.
  7. Rushton J., Huntington B., Gilbert W., Herrero M., Torgerson P.R., Shaw A.P.M., Bruce M., Marsh T.L., Pendell D.L., Bernardo T.M., Stacey D., Grace D., Watkins K., Bondad-Reantaso M., Devleesschauwer B., Pigott D.M., Stone M. & Mesenhowski S. (2021). – Roll-out of the Global Burden of Animal Diseases programme. Lancet, sous presse. https://doi.org/10.1016/S0140-6736(21)00189-6.

Informations relatives à l'article

  • Contrôle mondial de la peste porcine africaine

    Une initiative GF–TADs. 2020–2025
  • Relever les défis mondiaux

    Les solutions ne peuvent venir que d’une solide coopération internationale...
  • Réunions des Ministres de l’agriculture et de l’eau du G20

    L’OIE a assisté aux réunions en tant qu’observateur au cours de l’année 2020…